Vu d’ailleurs : Epidémie de Covid-19 et participation des professionnels sourds dans l’espace académique

Article paru dans le blog Acadeafic :

https://acadeafic.org/2020/05/08/participation/

Auteurs : Annelies Kusters, Robert Adam, Marion Fletcher et Gary Quinn
Traduction de l’anglais (UK) par Soline Vennetier

Pendant le « grand confinement » occasionné par la pandémie de Covid-19, la participation professionnelle des sourds recourant aux interprètes s’est trouvée compromise à de nombreux égards. Organisées par défaut en ligne, les réunions rassemblent des participants qui rejoignent des plateformes comme Microsoft Teams via un canal audio et/ou vidéo. Une fois les différents confinements levés, ces réunions en ligne pourraient devenir des pratiques fréquentes, voire normales, du fait de nouvelles « vagues » de pandémie conduisant à de nouveaux confinements, ou simplement parce qu’elles deviennent une nouvelle normalité à laquelle les individus s’accoutument. 

Nous aborderons dans cet article la pratique des réunions en ligne pour les professionnels sourds qui travaillent avec des interprètes dans un cadre universitaire ; l’usage de différentes plateformes (Teams et Zoom) pour ces réunions ; et comment les politiques institutionnelles qui encadrent l’usage de ces plateformes peuvent conduire à l’exclusion de ces professionnels sourds. Si nous nous limitons à Teams et Zoom, c’est en raison de l’externalisation par les universités de divers services vers ces plateformes : Teams est largement utilisé par les établissements pour leur communication interne (tableaux thématiques, messageries instantanées, partage de fichiers et… réunions). 

Pour ce faire, nous nous centrerons sur l’étude du cas de l’université Heriot-Watt. Dans cette université, l’équipe dite « équipe BSL » rassemble trois membres permanents sourds (qui sont tous co-auteurs de cet article), deux post-doctorants sourds, cinq doctorants sourds et trois membres honoraires sourds, ainsi qu’un certain nombre d’entendants signants. Nous utilisons Zoom pour les réunions internes à cette équipe BSL, et nous expliquerons plus loin les raisons de ce choix. Les trois membres permanents sourds doivent également prendre part aux réunions des départements et des différentes écoles, ainsi qu’à d’autres réunions sur, par exemple, la stratégie de recherche, en plus des formations (que nous devons assumer en tant qu’elles font partie de notre carrière professionnelle). Pour ces réunions et ces formations, nous travaillons avec les trois interprètes internes (l’une d’entre eux étant co-autrice de ce billet). Ces réunions et formations sont actuellement organisées sur Microsoft Teams. 

Difficultés des réunions de travail en ligne en présence d’interprètes en langue des signes

Au cours des réunions en ligne, les interprètes ne sont pas assis ou debout à un endroit soigneusement sélectionné (par exemple, à côté d’un intervenant), mais se retrouvent, comme les participants, sur un écran. Cela signifie, pour les professionnels sourds, que l’accès à l’interprète se fait en 2D plutôt qu’en 3D, alors que la langue des signes est tridimensionnelle, et par le biais d’une connexion internet potentiellement défaillante. Accéder à l’interprète en 2D et à travers une connexion internet non optimale rajoute une difficultéimportante. Un propos interprété, comme nous le savons, est généralement plus difficile à comprendre qu’une production langagière « naturelle ». Par ailleurs, de nombreuses personnes (non sourdes) ont remarqué que les réunions en ligne sont plus éprouvantes que les réunions en présentiel. Lorsqu’une réunion en ligne est combinée à un travail avec des interprètes, cela signifie qu’il faut mobiliser encore plus d’attention et d’énergie pour suivre cette réunion. Regardant des propos signés au cours de réunions sur des plateformes en ligne, en particulier des propos interprétés en langue des signes, les professionnels sourds ont rapidement pris l’habitude de devoir « compléter les trous » lorsqu’un ou plusieurs signes manquent à l’occasion d’une connexion qui se bloque ; ce qui ressemble fort à la pratique de la lecture labiale ! Nous devons également adapter notre manière de signer : lorsque nous signons à destination d’un interprète dans ces réunions en ligne, il s’avère que nous devons penser encore plus à la manière dont nous construisons notre message, en signant plus lentement et de manière plus concise, de manière à ce que l’interprétation ne soit pas trop décalée. Il est parfois utile de recourir à la fonctionnalité tchat de la plateforme pour clarifier certains termes (par exemple, lorsque nous épelons). 

Lorsque deux interprètes travaillent ensemble, il peut être difficile pour eux d’effectuer les relais d’une manière qui n’existe pas dans les situations de face-à-face. Il n’est pas évident de savoir comment alerter son collègue qu’il est temps d’échanger les rôles, de manière appropriée et sans déranger le cours de l’interprétation (par exemple, en utilisant le tchat privé, en agitant la main…). Le même problème se pose lorsque le collègue intervient pour rétablir un propos que l’interprète en train de signer a pu manquer, ce qui arrive plus souvent du fait de problèmes techniques rencontrés par le flux audio. Ces tours de relais et ces rattrapages soudains peuvent également être perturbants pour les personnes sourdes qui regardent les interprètes. 

Microsoft Teams : caractéristiques, interface, possibilités et difficultés 

Au cours des réunions de département organisées sur Microsoft Teams, nous devons « épingler » les interprètes ; de plus, il est actuellement possible d’épingler jusqu’à quatre vidéos simultanément (ce nombre sera porté à neuf dans la prochaine version de la plateforme). Il a pu arriver, au cours de réunions récentes, que les participants sourds n’aient pas été en mesure d’épingler l’interprète, ce qui les a donc empêchés de le voir continuellement. Lorsqu’ils y sont parvenus, la fonction n’a pas marché correctement, la personne épinglée disparaissant régulièrement de l’écran. Si une réunion inclut deux interprètes et trois participants sourds, ces derniers ne peuvent pas voir les interprètes, l’intervenant et chacun d’entre eux en même temps (puisque cela dépasse quatre personnes). Par conséquent, si l’un d’entre eux pose une question ou suggère une remarque, les autres participants sourds ne peuvent pas le voir. Teams offre actuellement peu de possibilités de contrôle, et nous nous sommes tous par conséquent sentis exclus, la plateforme n’étant pas adaptée à la langue des signes ou à l’interprétation.

Même dans le cas où l’épinglage fonctionne, un autre obstacle subsiste. Lorsque nous regardons un interprète, que ce soit dans une réunion en présentiel, dans un cours ou un séminaire, nous ne faisons pas que cela. Nous regardons également les entendants non signants : nous regardons les mouvements labiaux, les expressions faciales et le langage corporel de la personne qui parle et les réponses des autres personnes présentes. Au cours de grandes réunions en ligne sur Microsoft Teams, lorsque des dizaines ou des centaines de collègues sont présents en même temps, les participants désactivent souvent leur caméra ou leur micro, pour les rallumer (l’un ou les deux) quand ils veulent prendre la parole. En d’autres termes, il arrive que les participants ne se voient ni s’entendent à moins que l’un d’entre eux ne veuille dire quelque chose, et même à ce moment-là, il se peut qu’on n’ait accès qu’à l’audio de l’intervenant. Si nous ne pouvons pas voir celui qui a la parole, nous n’avons accès aux sous-textes et à l’atmosphère des messages qu’à travers les interprètes.


Zoom : caractéristiques, interface, possibilités et difficultés 

Nous avons découvert une autre plateforme plus adaptée à nos réunions, à l’instant où nous écrivons : Zoom.A l’université Heriot-Watt, diverses réunions ne rassemblent que des sourds et des entendants signants : les réunions bi-hebdomadaires de recherche de l’équipe BSL, les réunions bi-hebdomadaires administratives de cette même équipe, et les réunions hebdomadaires de l’équipe MobileDeaf

Sur Zoom, on peut facilement afficher tous les écrans simultanément (voir figure 1, qui est une capture d’une réunion de recherche de l’équipe BSL). Ces réunions n’ont pas besoin d’être interprétées, puisqu’elles permettent une communication directe. Nous avons appris que nous devons faire attention à éviter lesjuxtapositions de prises de parole (i.e. que nous devons assurer des tours de parole « propres ») et que nous pouvons décider d’épingler un intervenant au cours d’une présentation (voir figure 2) ou bien décider de voir tous les autres participants à l’occasion de discussions autour d’un powerpoint (et tout autre support, comme un document Word ou un site internet) (voir figure 3). Zoom peut afficher jusqu’à 25 personnes sur une mêmefenêtre, et si le nombre de participants est supérieur, la plateforme répartit les écrans sur plusieurs fenêtres et laisse l’utilisateur sélectionner celle qu’il souhaite regarder. 

A la demande des professionnels sourds qui pointaient du doigt l’inaccessibilité de Teams, nous avons utiliséZoom dans certaines réunions avec des collègues entendants non signants. Ces essais ont bien fonctionné. Sur Teams, où nous ne voyons pas les intervenants, il peut être difficile de savoir qui prend la parole, bien que l’interprète puisse nous aider en précisant clairement et régulièrement de qui il s’agit. Il est très aisé sur Zoom de voir qui parle ou signe ; nous le ou la voyons signer, s’il s’agit d’un.e signant.e, et si quelqu’un parle, les bords de son écran s’allument et son nom se déplace en haut de la liste des participants (après celui de l’hôte). Nous pouvons voir le visage et le nom de la personne – ce qui est commode si nous ne connaissons pas encore les noms de certains de nos collègues, ce qui est le cas de Robert qui a rejoint l’équipe le 1er avril. Nous pouvons voir les expressions faciales des collègues entendants et mieux ressentir l’atmosphère de la réunion. Ces réunions sur Zoom semblent plus proches de celles de la « vraie vie » que celles organisées surTeams, elles sont plus confortables et plus inclusives. Qui plus est, la qualité de la vidéo est bien meilleure sur Zoom que sur Teams, même lorsque les participants ont des connexions hasardeuses. Ce n’est pas pour rien que Zoom a vu son utilisation bondir. 

Politiques des universités concernant les plateformes, et obstacles rencontrés par les employés sourds

Même si un certain nombre de nos collègues non signants qui organisaient des réunions de taille restreinte (par exemple à l’échelle de centres de recherche) ont accepté de les organiser sur Zoom, la plupart de nos requêtes pour la migration sur Zoom de l’ensemble des réunions de non signants se sont heurtées à des obstacles structurels au sein de notre université. Nous avons appris que beaucoup d’autres universitaires sourds au Royaume-Uni et en Europe (et probablement au-delà) font face au même problème : de nombreuses universités exigent de recourir à Teams, qui est un système « interne », inclus dans le package fourni par Microsoft et réputé plus sûr que les autres plateformes.


Il est sans doute possible d’avoir un recours concluant à Teams, mais pas dans le cadre de notre université, du moins pas jusqu’à maintenant ; les réunions impliquent régulièrement le partage de fichiers powerpoint, sont organisées par différentes instances et comprennent un nombre variable de participants (jusqu’à plusieurs centaines). On dit souvent que Zoom n’est « pas assez sûr ». Nous savons que Zoom travaille sur cette question (tout comme Teams s’attèle à des mises à jour), et nous pouvons envisager le recours àd’autres plateformes qui présentent des fonctionnalités proches de celles de Zoom (par exemple Jitsi). Le personnel de certaines universités comme Gallaudet ou bien des établissements norvégiens est autorisé, voire même encouragé, à utiliser Zoom, et reçoivent des versions sous licence – ainsi, l’argument de la sécurité n’est pas uniforme ou partout valable. Nous souhaitons mettre en évidence ici, non pas les défauts techniques de certaines plateformes, mais le fait que des arguments comme celui de la « sécurité » peuvent occasionner ou perpétuer une exclusion.

Même si un système n’est pas aussi sûr qu’il le devrait, on peut l’utiliser comme solution temporaire ; une autre solution peut être de reporter les réunions jusqu’à ce qu’elles soient accessibles. Au lieu de cela, la participation des personnes sourdes est mise à mal à l’occasion de réunions organisées sur des plateformes inadaptées aux usages signants. Par le simple fait de maintenir l’organisation de réunions inaccessibles, on envoie aux professionnels sourds et à leurs collègues entendants le message que la participation des membres sourds à la communauté universitaire est de moindre importance, et qu’il importe peu en vérité que nous soyons présents ou non. A l’université Heriot-Watt, un certain nombre de collègues travaillent activement à trouver des solutions, mais il nous a fallu insister pendant deux semaines avant de pouvoir nous faire entendre par nos supérieurs. Au cours de ce processus, ont été déterminants le fait d’être clairs et audibles, et de demander le soutien de collègues qui ont agi comme des alliés, en envoyant des lettres par exemple, ou en refusant d’assister à des réunions inaccessibles. En résumé, les politiques institutionnelles autour des plateformes ne devraient pas être gravées dans le marbre, mais au contraire questionnées et remises en causes si elles conduisent à une exclusion. 

 

Auteurs :

Annelies Kusters est Professeure associée et chercheuse sur les langues des signes et l’interculturalité à l’université Heriot-Watt. Elle dirige actuellement une équipe de recherche centrée sur l’intersectionnalité et les pratiques translangagières dans le contexte des mobilités sourdes internationales, appelée MobileDeaf. Elle est sur Twitter avec @annelieskusters. 

Rober Adam a débuté le 1er avril 2020 comme Professeur assistant dans la section BSL du département des Langues et études interculturelles de l’université Heriot-Watt. Ses recherches se centrent sur la langue des signes, l’interprétation, la traduction, les langues minoritaires et le multilinguisme. Au cours de son doctorat à l’University College London, il s’est attaché à l’étude du contact de langues minoritaires entre deux langues des signes. Il est coordinateur du groupe d’expertise sur les Deaf studies et la langue des signes de la Fédération Mondiale des Sourds. On le trouve sur Twitter avec @rejadam. 

Marion Fletcher est interprète BSL/Anglais (PGDip UCLan) et travaille comme membre à plein temps de l’université Heriot-Watt, où elle dirige une petite équipe interne d’interprètes. Elle a obtenu un Master en sciences de l’éducation à l’université de Stirling en 2000 et s’est spécialisée dans l’interprétation universitaire. 

Gary Quinn est Professeur assistant à l’université Heriot-Watt, où il enseigne depuis 2006 la BSL et la linguistique aux étudiants du Master interprétation. En collaboration avec l’université d’Edimbourg, il travaille au développement de signes pour la science et les mathématiques pour un usage scolaire et universitaire. Il a obtenu son Master en Sciences du langage à l’université de Lancaster et est actuellement en doctorat en Linguistique de la BSL. On le retrouve sur Twitter avec @GaryAustinQuin2. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.