Réédition de l’ouvrage de Françoise Chastel, “Une sourde Française au Gallaudet College”

Paru pour la première fois en 1978, le témoignage d’une participante au stage organisé par Bernard Mottez et Harry Markowicz , Françoise Chastel, intitulé Une sourde Française au Gallaudet College, vient d’être réédité par les Éditions Monica Companys, dans une version enrichie, revue et augmentée.

Une sourde Française au Gallaudet College, 40 ans après,  livre une analyse des années qui ont suivies ce stage, de ses retombées concrètes et rassemble des témoignages inédits d’acteurs -rices du Réveil Sourd en France.

 

 

 

La préface de cet ouvrage a été rédigé par Andrea Benvento et Angelo Frémeaux, membres du Collectif des Deaf Studies en question, et est reproduit en exclusivité ici :

 

Quand la recherche se fait dans l’action

Un coup doeil sur le premier stage à Gallaudet

Nous saluons l’heureuse réédition des mémoires de Françoise Chastel sur le premier stage réalisé à l’université de Gallaudet par un groupe de Sourds et d’entendants en juillet 1978,dont elle a fait partie.

Quel sens pouvons-nous trouver, quarante ans après, à relire ses mémoires aujourd’hui ? Il est certain que ce document a une valeur historique. Il permettra, à ceux et celles qui n’ont pas eu l’opportunité de faire l’expérience, de songer à ce qui a été l’une des prémisses1 du mouvement sourd contemporain. Nous y voyons aussi la possibilité de mettre en perspective les avancées et les écueils d’une transformation sociale profonde, réclamée par les Sourds des années soixante-dix, pour redonner à la langue des signes le droit de cité.

Le témoignage de Françoise Chastel fait partie de ceux qui, comme l’ouvrage d’André Minguy sur le Réveil Sourd2, racontent de l’intérieur, comment une minorité considérée jusqu’alors sous l’angle de la pathologie, s’impose dans sa propre normalité, celle d’une communauté linguistique et culturelle avec un patrimoine riche de siècles d’histoire.

Enfin, la réédition d’Une Sourde Française au Gallaudet College, nous donne la possibilité de revenir sur un aspect fondamental du début de la recherche en sciences sociales portant sur le monde des Sourds en France au milieu de la deuxième moitié du 20e siècle : la visée transformatrice des recherches menées.

Bien qu’ils ne soient pas les seuls, nous pensons particulièrement au sociologue Bernard Mottez et au sociolinguiste Harry Markowicz par le rôle majeur que ces deux chercheurs ont joué au début du Réveil Sourd3. Lorsque les deux chercheurs débutent en 1976 leur premier projet de recherche commun se proposant d’analyser les Sourds comme une minorité ethnique et linguistique, ils attendaient que ce point de vue porté par une recherche-action puise être « susceptible d’infléchir de façon positive, voire radicale l’ensemble de la politique à l’égard de la surdité jusque là dominée par un point de vue étroitement médical et normalisateur »4.

L’objectif était de taille et il serait difficile d’évaluer sa réussite en termes politiques. Néanmoins, il est incontestable qu’un certain nombre d’actions mises en place par Mottez et Markowicz ont produit un changement profond dans la façon de voir, de dire et d’agir des Sourds et des entendants vis à vis de la langue des signes, et ceci au delà parfois de leurs propres intentions.

Bernard Mottez et Harry Markowicz

La création de Coup doeil a été le pas initial. Ce bulletin d’information sur la langue des signes se voulait une réponse à l’intérêt croissant porté sur la langue des signes. Coup doeil5 est né en janvier 19775, édité par le Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS), le laboratoire auquel appartenaient les deux chercheurs.

Le premier numéro annonçait en outre l’ouverture au mois suivant, d’un séminaire sur la Langue des signes et la communauté des Sourds dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Coup doeil, ainsi que le séminaire, avaient comme objectif de donner en même temps et de manière décentralisée, le maximum des informations que chacun recherche.

Bientôt, le bulletin et les actions organisées autour de Coup doeil, comme les stages à Gallaudet, allaient jouer un rôle de « catalyseur » du mouvement. Comme l’affirment Mottez et Markowicz (1979) : « à faire seulement savoir que les langues des signes sont passibles d’une analyse linguistique sérieuse, voilà qui suffisait à assurer aux premières informations données leur impact. Nous voulions faire plus et donner l’envie d’y aller voir par soi-même, nous efforçant d’en communiquer les moyens »6.

Organisés par l’équipe de Coup doeil et le centre de formation continue de l’Université de Gallaudet, les stages, dont Françoise Chastel deviendrait l’une des chroniqueuses7, ont eu lieu en 1978, 1979, 1981 et 1982.

Intégré par une trentaine de personnes, le premier groupe de stagiaires était constitué selon les principes suivants : équilibre entre Sourds, entendants, parents et diversité de professions représentées ; privilège donné aux candidats de province ainsi qu’aux lieux où plus d’une candidature permettait d’envisager, au retour, la possibilité de se mobiliser ; privilège donné aux candidatures provenant d’une même région mais appartenant à des catégories différentes.

Ces principes n’ont pu que partiellement être tenus, les années suivantes, les groupes seraient organisés pour rattraper certains manques.

L’impact direct ou indirect que ces stages ont produit dans la mobilisation et la structuration du mouvement sourd des années à venir peut se mesurer différemment.

D’une part, il y a eu des conséquences visibles comme la création de deux associations qui allaient se positionner comme le fer de lance du mouvement : Deux Langues Pour une Education (2LPE), qui milite pour une éducation bilingue de l’enfant sourd et l’Académie de la Langue des Signes (ALSF), toutes les deux créées en 1979 et dont les fondateurs ont pour la plupart participé au premier stage. D’autre part, pour ce qui est de l’impact indirect, plus difficile à mesurer, il est clair, en s’appuyant sur des récits comme celui-ci, qu’un grand bouleversement s’est produit dans la vie des personnes concernées.

De retour de Gallaudet, les stagiaires communiqueront leurs découvertes à leurs proches, se faisant ainsi les relais d’une expérience unique, car vécue et expérimentée à titre personnel. En effet, les débats au sujet des questions linguistiques sur la LSF ou sur des questions éthiques ou d’éducation, ont regagné du terrain dans la presse, et en particulier dans la presse sourde à la fin des années 1970.

L’internationalisation des relations entre la France, les pays d’Europe et les États-Unis, par le biais de ce type de rencontres ou de celle tenue en 1975 à Washington, lors du Congrès mondial des Sourds, contribuera aussi à la structuration d’un mouvement intégré par des Sourds et des entendants, ouvrant pour la reconnaissance de la langue des signes française et qui marquera le début du Réveil sourd en France.

Dépassant tout débat stérile invoquant une soi-disant « neutralité » de la recherche scientifique, Mottez et Markowicz ont voulu inciter « aux personnes désireuses d’en savoir plus, de juger sur pièce, sur place et de leurs propres yeux ; à celles qui, plus que voir, voulaient apprendre et prendre ce qui pouvait être pris ; à celles qui, lasses des mots, des préambules et impatientes de faire, voulaient de ce qu’elles pourraient découvrir assimiler jusqu’au détail du « comment on le fait »8.

Montrer, aller voir avec ses propres yeux, plutôt qu’expliquer, voici l’objectif émancipateur des stages, dont la lecture du présent ouvrage, nous permet encore une fois, de prendre sa mesure.

En savoir plus : “Quelques repères sur l’émergence en France des Deaf Studies”

 

1 Cf. A. Frémeaux. Les prémisses du mouvement sourd et le mouvement sourd dans les années 1970-1980 en France. Mémoire de Master 2 en Histoire. EHESS, 2015.

2 A. Minguy. Le réveil Sourd en France. Pour une perspective bilingue. Paris, L’Harmattan, 2009. À propos du premier stage à Gallaudet, un autre document synthétise l’expérience : Eté 78. Stage à Gallaudet, INJS, 1978, 162p. Ainsi que le document établi par J-P Bouillon, inspecteur technique et pédagogique au ministère de la Santé, en voyage d’étude à Gallaudet, participera à une partie du stage : Compte-rendu d’une visite à Gallaudet, 1978, 43p. Pour une analyse sociologique du mouvement, voir l’ouvrage de Sylvain Kerbourc’h. Le Mouvement sourd (1970-2006). De la Langue des Signes française à la reconnaissance sociale des sourds. L’Harmattan, 2012.

3 Voir la chronologie des actions organisées par les deux chercheurs dans ce même ouvrage. En ce qui concerne la pensée de Bernard Mottez, voir son livre Les Sourds existent-ils ? Textes réunis et présentés par Andrea Benvenuto (L’Harmattan, 2006).

4 B. Mottez & H. Markowicz. Intégration ou droit à la différence. Les conséquences d’un choix politique sur la structuration et le mode d’existence d’un groupe minoritaire, les Sourds. Rapport de recherche financée par le CORDES. Centre d’études des mouvements sociaux, 1979, p. II.

5 Fondé et rédigé par Bernard Mottez et Harry Markowicz avec la collaboration de Marie-Françoise Le Drian, Centre d’études de mouvements sociaux, EHESS. Paru entre janvier 1977 (n°1) et juin 1986 (n°45), Coup doeil a été réédité par l’association 2LPE en 2005.

6 Ibid., p 79.

7 Outre les documents mentionnés en note 2, d’autres témoignages ont été publiés dans Coup doeil, en particulier le numéro 13 de septembre-octobre 1978, numéro entièrement consacré au premier stage.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fabricebertin (24 août 2021). Réédition de l’ouvrage de Françoise Chastel, “Une sourde Française au Gallaudet College” Les Deaf Studies en question. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhba


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.